Home » Actualités » Accueillir un enfant, un pari de solidarité

Accueillir un enfant, un pari de solidarité

filiatio_13-006Depuis plus de 17 ans, la Porte Ouverte se bat pour améliorer les conditions des familles d’accueil en Belgique. Active autant dans la sphère familiale que sur la scène publique, cette persistante et tenace ASBL nous parle du chemin parcouru.

Le soutien qui nous manque…

En 1999, Anne et Jean-Pierre, futurs membres de l’ASBL, parrainent (1) un enfant qui sera présent dans leur foyer une fois par mois. Ce rythme est par la suite révisé et le parrainage se transforme en accueil à long terme. Mais qui pourra vraiment écouter leur vécu quotidien et leurs difficultés, tout en apportant une véritable expérience de terrain ?

Anne en témoigne : « La journée, les jeunes sont à l’école. C’est le soir et le weekend qu’on galère. Et là, les SAJ et les SPJ sont fermés, on n’a pas de répondant … ». De ce constat, et de l’envie de partager des expériences et des bonnes idées pour optimiser l’accueil familial, est née, en 1996, la Porte Ouverte, association des familles d’accueil en fédération Wallonie-Bruxelles.

En Belgique en effet, accueillir un enfant est aujourd’hui un véritable parcours du combattant. Premièrement, parce que le congé parental n’existe pas, à moins de faire appel au « crédit-temps sans motif », nettement moins rémunéré par l’Onem et ne constituant pas, à proprement parler, un droit. Ensuite, à cause du manque de pouvoir d’initiative dans certaines décisions de vie quotidienne relatives à l’enfant, particulièrement en ce qui concerne les traitements médicaux et les sorties du cadre familial (dormir ailleurs, partir à l’étranger, etc.). Par ailleurs, les dispositions légales considèrent l’accueil de l’enfant comme une situation à court terme alors que la réalité est généralement toute autre. Enfin, les autorités mandantes et les services de suivi abandonnent complètement la famille lorsque l’enfant atteint sa majorité.

… comblé par la Porte Ouverte ?

Marie-Hélène Kluser, un des membres fondateurs de l’association, relate : « Le premier objectif était de pouvoir échanger entre nous nos expériences, mais en même temps d’améliorer les choses ». Très vite, un service d’écoute est ainsi mis en place par l’ASBL, permettant aux parents d’accueil de « dire les choses telles qu’ils les ressentent », sans craindre les jugements et les conséquences qui peuvent en découler. Le soutien apporté va ainsi de l’information à un accompagnement dans la réflexion ou dans des démarches concrètes et ce, même lorsque l’enfant a soufflé ses dix-huit bougies. Des stages « oxygène » sont également créés afin de proposer un espace de rencontre entre les enfants. Enfin, l’organisation de colloques et de rencontres entre les parents, ainsi qu’un périodique trimestriel, permettent encore d’informer les parents d’accueil et de tisser des liens d’entraide.

En relayant certaines questions vers les autorités mandantes et en s’adressant au monde politique, la Porte Ouverte se fait en outre le porte-parole des familles d’accueil. La création d’un statut pour le parent d’accueil dans le code civil, l’accès au congé parental, la rédaction d’un décret communautaire spécifique à l’accueil familial et, enfin, la nomination d’un ou d’une ministre intégralement voué(e) à l’enfance et à la jeunesse, sont autant de demandes adressées aujourd’hui aux partis politiques belges.

Destination enfants, destination parents En résumé, la Porte Ouverte tente d’apporter chaque jour du soutien aux familles d’accueil. Par des stages adaptés, elle permet en effet aux enfants de se retrouver « entre pairs », de se sentir rejoints dans leur contexte de vie, et de pouvoir en parler librement. Mais c’est aussi et surtout un grand bol d’air pour les parents, qui grâce à une porte qui ne leur est jamais fermée, peuvent enfin exploiter pleinement leur potentiel solidaire.

Kévin Galasse

(1) Le parrainage est un projet distinct de l’accueil, quoique reposant sur le même principe de base : offrir à l’enfant un cadre de vie plus serein pour s’épanouir. Il vise à construire une relation affective privilégiée entre un parrain et un filleul (enfant placé en institution ou vivant au sein d’une famille d’origine en difficulté). À la différence de l’accueil, où les contacts sont beaucoup plus fréquents, le parrainage est généralement supervisé par le SAJ (service d’aide à la jeunesse), et non par un SPF (service de placement familial).

COORDONNÉES DE L’ASBL

❱❱ La Porte Ouverte ASBL

Rue Thier Martin, 33 4651 Battice

www.laporteouverte.eu

laporteouverte.info@gmail.com

 Article paru dans Filiatio #13 / mars – avril 2014, abonnez-vous ou téléchargez gratuitement ce numéro.

Je commente (0) Commenter | Je partagePartager sur facebook | Je tweeteTweeter cet article

Laisser un commentaire

* Ces champs sont obligatoires
** Vous pouvez utiliser certaines balises html