Home » Actualités » Au détour d’une rue : parcours d’hommes

Au détour d’une rue : parcours d’hommes

Murmures des touristes, commerces divers, trottoirs étroits et pavés glissants par temps de pluie. Entre la Place Saint-Jean et l’Hôtel Amigo, la rue de la Violette a ses secrets. Pignon à redents et lourde porte en bois. Rien d’inhabituel dans le quartier. Et si on lève les yeux, l’enseigne pourrait être celle d’une ancienne auberge. Et si c’était ça ? Une ancienne auberge qui depuis 1886 accueillerait en ses murs chargés d’histoires des hommes que leur parcours chahuté a laissés sur le bord du chemin.

Céline Lefèvre

La maison d’accueil agréée et subsidiée par la COCOF offre le gîte et le couvert ainsi qu’un suivi psychosocial. Ici, pas de chambres individuelles mais des dortoirs divisés en alcôves. Les conditions d’accueil sont minimalistes mais la tendance est aux séjours de plus longue durée. Moins de roulement donc, moins de nouveaux visages. Pierre Collet, assistant social de formation et directeur du home explique ce constat : « Pour rebondir, trouver un logement abordable est une étape nécessaire rendue plus difficile par l’évolution de l’immobilier à Bruxelles ».

Qui sont ces hommes qui, un jour, viennent frapper à la porte d’une maison d’accueil ? Pour Pierre Collet, « Il n’y a pas de profil type et chaque histoire est unique. Le trait d’union entre eux, c’est qu’ils ont vécu des ruptures, le plus souvent successives, parfois simultanées. Qu’il s’agisse de ruptures conjugales, professionnelles ou familiales, tout le monde peut basculer ». Au Home Baudouin, certains hommes sont aussi des pères. Si quelques-uns en parlent, Pierre Collet remarque qu’ils sont minoritaires à le dire : « Des paternités souvent enfouies voire occultées. On apprend parfois très tard, au détour d’un événement critique (abus d’alcool par exemple) qu’une personne a des enfants. Les hommes que nous hébergeons ici sont sans doute coupables ou responsables (à leurs propres yeux ou désignés comme tels par la société). Ils ont commis des erreurs et le poids de la culpabilité est lourd à porter ». Chez Pierre Collet germe l’idée de créer des espaces de paroles dédiés à cette question. Pouvoir dire tout simplement, sans honte, cette réalité : « Je suis père.» Et sur cette base, avancer, rebondir.

 

Pour aller plus loin

  • Les cent portes de l’accueil, Bernard De Backer, éditions Couleur livres
  • Des familles sans chez soi : Quel accompagnement des enfants et des parents en maisons d’accueil? Claire Street et Deborah Oddie. Recherche-action réalisée par l’association des maisons d’accueil et des services d’aide aux sans-abri (A.M.A.)


Plus d’infos

  • Association des Maisons d’Accueil et des Services d’Aide aux Sans-abris (AMA) Rue Gheude, 49 – 1070 Bruxelles Tel : 02 513 62 25 – Fax : 02 514 23 00 – Gsm : 0477 072 748
  • Home Baudouin,  Maison d’accueil pour hommes en difficulté – OEuvre de l’Hospitalité a.s.b.l  Rue de la Violette 24 – 1000 Bruxelles

 

Je commente (0) Commenter | Je partagePartager sur facebook | Je tweeteTweeter cet article

Laisser un commentaire

* Ces champs sont obligatoires
** Vous pouvez utiliser certaines balises html