Home » Actualités » CIRA

CIRA

Dans la « Sélection du Net » de notre numéro précédent, nous vous annoncions qu’une Conférence Internationale sur la Résidence Alternée devait se tenir à Bonn en Allemagne du 9 au 11 décembre 2015. Elle a eu lieu comme prévu – et trois membres de notre équipe l’ont suivie de A à Z ! Nous vous en parlerons en détail dans notre prochain numéro, qui consacrera un dossier complet à cette Conférence. Interviews, résumés d’interventions, portraits, problématiques nouvelles, conclusions des travaux : vous saurez tout, tout, tout sur la CIRA !

Mais dès aujourd’hui, en guise d’apéritif, nous vous livrons les conclusions de la première édition de cette conférence, tenue en juillet 2014 sur le thème « Réduire l’écart entre les preuves empiriques et les pratiques sociales et juridiques ». Il s’agissait du premier rassemblement à la fois international et interdisciplinaire de chercheurs, de professionnels de la famille et d’associations intéressés par le modèle émergent de la parentalité partagée après séparation. La présidence en était double, assurée conjointement par le professeur canadien Edward Kruk, président du conseil international de la résidence alternée (CIRA), et la professeure Hildegund Sünderhauf de l’université protestante de Nuremberg (Allemagne).

« De nombreuses questions et perspectives sur la résidence alternée ont été présentées et débattues, conduisant à de conclusions autour de six thèmes majeurs. La résidence alternée -définie comme comprenant à la fois le partage de l’autorité et de la responsabilité quotidienne, avec un minimum d’un tiers de temps avec chaque parent incluant des jours de semaine – est l’arrangement parental qui fonctionne pour la majorité des enfants et dans leur intérêt supérieur, après la séparation de leurs parents. Ceci s’applique même en cas de conflits, en excluant les situations de violence familiale avérée et d’abus des enfants, déclare la professeure Sünderhauf. En conséquence, les lois sur la famille devraient privilégier la résidence alternée même si l’un des parents s’y oppose. Cependant, pour que cet arrangement parental réussisse, il est nécessaire de mettre en place un réseau de services de médiation familiale et d’aide aux parents souligne le professeur Kruk. »

Vous trouverez le détail de ces conclusions (en anglais exclusivement) sur le site du CIRA : www.twohomes.org, sous l’onglet « Conférence 2014 ». Quand aux conclusions de l’édition 2016, vous pourrez les découvrir en primeur dans votre Filiatio n°23, au printemps !

Céline Lambeau

Article paru dans Filiatio #22 – Janvier/février 2016, abonnez-vous ou téléchargez gratuitement ce numéro.

Je commente (0) Commenter | Je partagePartager sur facebook | Je tweeteTweeter cet article

Laisser un commentaire

* Ces champs sont obligatoires
** Vous pouvez utiliser certaines balises html