Home » Actualités » Concours de mini-miss : la pointe de l’iceberg*

Concours de mini-miss : la pointe de l’iceberg*

filiatio_12-008À l’annonce de l’abolition des concours de mini miss sur le territoire français, Bernard De Vos, le délégué général aux droits de l’enfance, réagit et invite à évaluer l’ampleur réelle de l’hypersexualisation (1) de notre société. Car si la décision de justice de mettre fin à ces spectacles est pertinente, elle ne saurait être une fin en soi et il demeure urgent d’examiner les paramètres moins visibles de ce phénomène qui menace la dignité humaine et l’égalité entre les sexes.

Le sénat français vient de mettre hors-la-loi ces spectacles affligeants que sont les concours de mini-miss. Défiler en robe à froufrou ou en maillot, les cheveux ultra-brushés, les lèvres brillantes de gloss écoeurant et les yeux trop maquillés, à cinq, sept ou douze ans, c’est bon pour rire chez soi, dans l’intimité bienveillante de sa maison ! Pas sur scène, poussées dans le dos par des parents avides de reconnaissance pour leurs enfants et pour eux-mêmes, par procuration. Pas dans le cadre d’un concours stupide et dangereux qui met des petites filles en compétition malsaine sur base de leur supposée «beauté physique».

Ce n’est pas jouer les pères « la pudeur » ou être rétrograde que de mettre en garde contre les conséquences potentiellement désastreuses pour ces petites filles : troubles de l’image, désordres alimentaires, fragilisation identitaire, stress inutile, traumatisme psychologique et, par-dessus tout, la crainte de décevoir ses parents à un âge où chaque enfant a besoin de se savoir aimé et chéri sans condition.

Il faut être belle selon des critères précis et difficilement accessibles

Ce retour sur le devant de la scène médiatique des mini-miss est l’occasion idéale de mener, chez nous, une réflexion plus large sur l’hypersexualisation de notre société. Ces concours sont particulièrement redoutables, d’abord parce qu’ils imposent une concurrence, parfois violente, féroce, et ensuite parce qu’ils créent une hiérarchie superficielle et dérisoire en fonction du physique des enfants. Mais il serait trop simple et réducteur de considérer que ces manifestations glauques sont la cause de l’hyper-sexualisation de l’espace public et de notre société pourtant dite «civilisée».

À bien y réfléchir, les concours de mini-miss ne sont que la pointe émergée de l’iceberg. Ces compétitions sont révélatrices des évolutions de notre société au cours de la dernière décennie. Évolutions fulgurantes et peu profitables à la cause des femmes, et moins encore à celle des enfants, contraints de se comporter en mini-adultes, à entrer dans une réalité qui n’est pas la leur et qui les fragilise lourdement.

Que des enfants ou des jeunes adolescent(e) s défilent, prennent la pose et adoptent des attitudes et des comportements sexuels jugés inadéquats ou trop précoces n’en est pourtant qu’un stigmate parmi bien d’autres. Les causes, bien moins visibles que ces joutes détestables, doivent être mises en lumière : insidieusement les codes et les messages à caractère sexuel sont aujourd’hui omniprésents dans la publicité, les médias et sur Internet.

Doucement mais sûrement, les codes de la pornographie ont envahi notre quotidien à travers les clips vidéo, les publicités, les émissions de télé-réalité. La très large banalisation des images et des messages à caractère sexuel, ostensibles ou non, fait que nous y avons développé un taux de tolérance de plus en plus élevé.

filiatio_12-011Sans dramatisation ni diabolisation excessives, nous devons reconnaître qu’au-delà des dégâts individuels considérables auprès d’enfants de tous les âges, le respect de la dignité humaine et l’égalité entre les sexes constituent des enjeux collectifs menacés par l’hyper-sexualisation de notre milieu de vie. En tant qu’institution garante des droits des enfants et de leur intérêt supérieur, nous ne pouvons ni ne voulons rester sans réaction. Jusqu’à quand allons-nous accepter que le «système pub» transforme nos fillettes en objets de désir alors qu’elles n’ont pas encore les moyens d’en être les sujets ? Faut-il se taire quand le marketing destiné aux filles caricature à outrance les stéréotypes de genre et valorise une image corporelle stéréotypée ?

Pour être populaire et accéder au bonheur, désormais, il faut être belle selon des critères précis et difficilement accessibles au plus grand nombre, charmer, plaire et séduire. Quant aux garçons, ils n’ont qu’à s’organiser pour être grands, beaux, forts et costauds…

Quant aux garçons, ils n’ont qu’à s’organiser pour être grands, beaux, forts et costauds

Face à l’ampleur du phénomène, se limiter à la réglementation, voire l’interdiction des concours de mini-miss, souvent évoquées ces dernières semaines, paraîtrait bien hypocrite. Ces mesures consensuelles, cet alibi, ne suffiront pas à endiguer le développement interpellant des stratégies de communication centrées sur la sexualisation et l’érotisation de l’espace public. Des pistes et des mesures concrètes existent pour en limiter l’impact.

A titre d’exemple, elles invitent les médias et les publicitaires à limiter les affichages publics à connotation sexuelle et à mieux encadrer la diffusion de publicités à caractère «sexuel» ou participant au renforcement des stéréotypes de genre. Elles ciblent les fabricants de produits et prestataires de services destinés aux enfants afin de les contraindre à ne plus utiliser les codes de la sexualité adulte comme ressort de marketing pour des produits destinés aux enfants.

Ces pistes et ces mesures concernent aussi les parents, les éducateurs et le grand public : il s’agit d’intégrer la problématique de l’hypersexualisation dans la formation des personnels de l’éducation, de sensibiliser et soutenir les parents en les incitant à être vigilants quant aux produits qu’ils achètent, d’informer sur les contenus implicites ou explicites utilisés par certaines marques de vêtement ou certains magazines, d’encadrer l’utilisation d’Internet chez les plus jeunes…

Enfin, il y a lieu de sensibiliser et d’éduquer les enfants, de leur permettre d’avoir des informations fiables et des contenus éducatifs subtils qui leur donnent des outils pour comprendre et affronter ce phénomène pour mieux s’en prémunir, le cas échéant.

Il serait faux de prétendre que notre pays et ses différents niveaux de pouvoir sont restés insensibles à la question : l’interdiction de diffusion de messages publicitaires dans des émissions pour enfants ou, plus récemment, la généralisation des séances d’éducation à la vie sexuelle et affective dans les écoles sont deux mesures phares qu’il est important de rappeler ici – tout en restant vigilant pour l’avenir afin d’éviter un retour en arrière pour l’une et en évaluant les contenus et la généralisation effective de l’autre. Mais le chantier reste énorme et mérite plus d’attention qu’une simple loi interdisant des concours de beauté pour enfants !

Bernard De Vos, délégué général aux droits de l’enfant

(1) Le fait de donner un caractère sexuel à un comportement ou un produit qui n’en a pas en soi.
* Article paru dans la Libre Belgique le vendredi 11 octobre 2013.

Article paru dans Filiatio n°12 – janvier / février 2014, abonnez-vous ou téléchargez gratuitement ce numéro.

Je commente (0) Commenter | Je partagePartager sur facebook | Je tweeteTweeter cet article

Laisser un commentaire

* Ces champs sont obligatoires
** Vous pouvez utiliser certaines balises html