Home » Actualités » « Deux mille capotes à l’heure », Richard Morgiève

« Deux mille capotes à l’heure », Richard Morgiève

Éditions Pocket

Guidé par des évènements burlesques et sentimentaux qu’il qualifie de « destin », l’insupportable Baudouin se laisse choir dans une équipée-naufrage qui en dit plus long sur lui-même que sa misogynie ou son humour de façade du début du roman. Par la suite, nous, lecteurs, n’avons plus qu’à nous laisser aller à rêver, entre les bonds de la langue et les rebondissements de l’histoire, d’un amour qui se construit comme un bricolage d’enfants d’école maternelle. Époque où il n’était pas si rare qu’« une poule sur un mur picore de la peinture… ». Livre d’amitié, ni chêne ni roseau, il vous colle aux doigts comme l’aspidistra du capitaine Haddock. Une fois saisi, vous avez beau vous secouer pour vous en débarrasser, lorsque vous croyez en être quitte, il réapparaît quelque part… Splendide et dérangeant, cet ouvrage de bric et de broc, dont le titre audacieux résonne comme un programme, redémarre sans cesse sur les chapeaux de roues et semble ne jamais devoir s’achever. Une fois posé, une seule envie : le reprendre ! Le rouvrir ! Redécouvrir !

David Besschops

Article paru dans Filiatio #16 – Novembre-Décembre 2014, abonnez-vous ou téléchargez gratuitement ce numéro.

Je commente (0) Commenter | Je partagePartager sur facebook | Je tweeteTweeter cet article

Laisser un commentaire

* Ces champs sont obligatoires
** Vous pouvez utiliser certaines balises html