Home » Actualités » Et pendant ce temps, en Ukraine, des ventres à louer ?

Et pendant ce temps, en Ukraine, des ventres à louer ?

filiatio_9-049« Pour subvenir à ses besoins, Tania a donc décidé de se lancer dans un commerce extrême, exploitant sa seule ressource : son corps. À dix reprises déjà, elle a vendu ses ovocytes, pour quelques centaines d’euros. […] Elle a décidé, une nouvelle fois, de porter l’enfant d’un autre couple. Sa première expérience avait mal tourné, en 2010. Tania était tombée enceinte tout de suite. Hélas, il s’agissait d’une grossesse extra-utérine nécessitant une intervention chirurgicale d’urgence. Problème : qui devait payer ? […] Tania n’est pas découragée par cette épreuve. L’année suivante, elle se plie à nouveau à la procédure. La grossesse se passe bien. Tania baisse la tête, gênée. «C’était une fille.» Elle n’a eu aucun contact avec les parents. »

http://www.lemonde.fr/europe/article/ 2013/01/04/ukraine-ventres-alouer_ 1812237_3214.html

Lisez la suite du dossier de Sabine Panet: Mères porteuses : progrès social ou ventres à louer ?

Dossier paru dans Filiatio n°9 – mars / avril 2013, abonnez-vous ou téléchargez gratuitement ce numéro.

Je commente (0) Commenter | Je partagePartager sur facebook | Je tweeteTweeter cet article

Laisser un commentaire

* Ces champs sont obligatoires
** Vous pouvez utiliser certaines balises html