Home » Actualités » « Eva », Comès

« Eva », Comès

CASTERMAN/les romans/A SUIVRE

À une intrigue simple comme bonjour mais hitchcockienne et d’emblée inquiétante (Neige, victime d’une avarie automobile, demande asile pour la nuit au propriétaire du château voisin…) va s’accrocher une kyrielle de petits évènements déstabilisateurs. Déstabilisateurs dans le sens où ils paraissent dans un premier temps aérer, voire éloigner la pesanteur qui prend le lecteur à la gorge dès les premières pages de cette étincelante et néanmoins sombre bande-dessinée. Car dans cet ouvrage, il n’y a pas de couleurs ajoutées. Le noir et le blanc s’y partagent la vedette. À l’image de l’histoire d’amour fusionnel qu’ils habillent : un frère et une soeur qui, s’ils ne parviennent jamais à se déprendre l’un de l’autre, ne réussissent pas tout à fait non plus à n’être qu’un, sans accessoires et supercheries. Quant à l’intrigue, pour en revenir à elle, Neige en débobine le fil avec une naïveté qui augmente l’angoisse de tout qui se risque à en suivre le décours graphique. C’est-à-dire, nous, les lecteurs. Elle avance innocemment, Neige, à coup de questions et d’oeil jeté à la hâte derrière des portes fermées. Évidemment, vous l’avez compris, cette démarche, pour toute naturelle qu’elle soit, concoure à sa perte. Et quand elle se rendra compte qu’en s’arrêtant devant cette propriété, elle a buté sur un nid de frelons déséquilibrés par l’amour, il sera trop tard. Il ne lui restera plus alors que ses doigts pour compter les innombrables piqûres que la folie a laissées sur sa peau. De l’époustouflant et discret dessinateur et scénariste de « Silence ».

David Besschops

Article paru dans Filiatio #16 – Novembre-Décembre 2014, abonnez-vous ou téléchargez gratuitement ce numéro.

Je commente (0) Commenter | Je partagePartager sur facebook | Je tweeteTweeter cet article

Laisser un commentaire

* Ces champs sont obligatoires
** Vous pouvez utiliser certaines balises html