Home » Actualités » Faut-il nécessairement mettre le petit Jésus dans la crèche pour passer une douce nuit de Noël ?

Faut-il nécessairement mettre le petit Jésus dans la crèche pour passer une douce nuit de Noël ?

filiatio_12-028Nathalie, notre sexologue, s’arrête avec beaucoup d’ironie sur un de ces nombreux moments où, sous les auspices de la fête, la prescription d’un mode d’emploi amoureux contribue à l’hypersexualisation de la société.

Piqûre de rappel

Il est devenu quasi impossible aujourd’hui de ne pas subir l’assaut des multiples injonctions relayées par la presse – essentiellement féminine (on se demande pourquoi d’ailleurs ?) – sur ce que doit être un homme parfait, une femme épanouie, une vie de couple idéale. Et comment pimenter les fêtes de Noël à l’aide de présents ayant la délicieuse prétention d’aider à jouir et à faire jouir. À tout prix et en sortant des sentiers battus !

Publicité mensongère

Et si les injonctions ne sont pas nécessairement explicites, il est « chaudement » recommandé de les suivre. Mais si l’on s’y refuse, passera-t-on un mauvais Noël pour autant ? Non ! Les sentiers sauvages qu’on nous fait miroiter sont déjà battus : ils sont lisses et asphaltés ! Or l’amour, et le désir de l’autre qui l’entretient, n’est-il pas synonyme de créativité ? D’innovation ? De complicité ? De séduction ? Alors, un plus d’originalité, pour un effet de surprise réussi, ne consisterait-il pas à s’offrir ces cadeaux à un autre moment ?

Inventaire transformateur ?

D’autant que si l’enrobage se modernise, le fond de commerce reste le même. Exit le pull tricoté, les écharpes, les cravates, les gants et les bonnets ! Cette année, au Réveillon, on déballera des sous-vêtements sexys, on enroulera des bandeaux de satin, on passera des menottes avec fourrure et on chaussera des moufles de latex parfumées qui ne protègent pas les mains. Les livres seront coquins, les jeux de société, espiègles, les bougies chauffées se feront huiles de massage, la dinde sera canardée de soubresauts électriques, le sapin se plumera, les boules nipponneront et la bûche sera vibrante !

Le philtre

Il est vrai que Noël a toujours été synonyme universel et traditionnel d’amour, de réconciliation, de trêve , et de don sous forme de cadeaux au pied du sapin. Les dons créent et maintiennent les liens entre les personnes, c’est là tout leur pouvoir… Quand ils sont choisis, personnalisés et voulus ! Et les cadeaux érotiques, puisqu’il en est question, peuvent en effet remplir toutes ces fonctions à la fois.

Et les bulles ?

Mais, n’est-il pas légitime de s’inquiéter lorsqu’on prend conscience que notre société hypersexualise l’« Esprit » de Noël, qui faisait tant rêver, en le transformant en « Érotisme » de Noël ? Évidemment, cela ravivera peut-être certains fantasmes mais ébréchera plus sûrement cette « magie » à laquelle beaucoup ont encore envie de croire.

… même sans le champagne !

Bien sûr il n’est pas question ici de contrevenir aux sempiternelles injonctions érotico-vendeuses en les remplaçant par d’autres supposées plus intimement festives. Car n’avonsnous pas tous mille et une manières d’animer nos flammes sans passer par la bougie, même si elle est de mèche, de nous réchauffer les marrons ou de nous tournebouler la tête et les sens ?

Et si le luxe suprême en cette période de Noël était de s’exempter des recettes itératives et peu spontanées ?

À vos imaginations !

Nathalie Mayor

Article paru dans Filiatio n°12 – janvier / février 2014, abonnez-vous ou téléchargez gratuitement ce numéro.

Je commente (0) Commenter | Je partagePartager sur facebook | Je tweeteTweeter cet article

Laisser un commentaire

* Ces champs sont obligatoires
** Vous pouvez utiliser certaines balises html