Home » Actualités » Film – Elle ne pleure pas, elle chante… (Philippe de Pierpont)

Film – Elle ne pleure pas, elle chante… (Philippe de Pierpont)

0023_FILIATIO_Mars_2016-010L’inceste pourrait être représenté par ce corps opaque et silencieux. Ce corps gisant auquel Laura s’adresse inlassablement et tout du long de cette magnifique oeuvre. Tirée au cordeau, l’histoire est toute en tension entre les visites de la fille au chevet du père hospitalisé et ses déambulations dans son quotidien, peu à peu envahie d’impressions et de sensations, tant ranimées par la vulnérabilité du père que par le passé qu’il représente. C’est que de bourreau, il s’est converti en victime, cet homme accidenté, aujourd’hui sans défense. En effet, un coma profond l’a mis à la merci de la vindicte justifiée et de plus en plus virulente de sa fille dont il a autrefois abusé sexuellement alors qu’elle se trouvait incapable de se réagir, comme il l’est à présent. Ne nous y trompons pas, approcher son ancien tortionnaire n’est pas chose aisée. Les réminiscences et souvenirs qui affluent perturbent grandement Laura qui finit par confondre son père et ses amants au point qu’elle doive impérieusement se débarrasser d’eux. Pour le mourant, la situation n’est guère plus simple et les accusations et attaques proférées par son enfant qui va le voir régulièrement compliquent dramatiquement toutes éventualités de rétablissement. Qui du presque mort ou de la (sur-)vivante l’emportera, vous le saurez en visionnant un film dont la sobriété exalte les cassures relationnelles jusqu’à les faire ressentir au spectateur.

David Besschops

Article paru dans Filiatio #23 – mars/avril 2016, abonnez-vous ou téléchargez gratuitement ce numéro.

Je commente (0) Commenter | Je partagePartager sur facebook | Je tweeteTweeter cet article

Laisser un commentaire

* Ces champs sont obligatoires
** Vous pouvez utiliser certaines balises html