Home » Actualités » « Il est important que les parents cherchent le dialogue ensemble »

« Il est important que les parents cherchent le dialogue ensemble »

La psychothérapeute allemande Karin Kutz préconise d’informer les enfants le plus concrètement possible sur les changements que va provoquer la séparation des parents dans leur quotidien. Interview.

Filiatio: Pourquoi la séparation des parents est-elle toujours un « drame » pour les enfants, comme vous l’écrivez sur votre site internet (1) ?

Dans la représentation que les enfants se font du monde, les parents sont toujours ensemble. Un enfant n’imagine pas vivre seulement avec sa mère ou avec son père. C’est pour cette raison que l’enfant se sent menacé dans l’ensemble de son existence quand ses parents se séparent. Il pressent qu’il va y avoir certainement beaucoup de changements le concernant.

Filiatio: Quelles angoisses et quelles souffrances une séparation entraîne-t-elle chez les enfants en fonction de leur âge ?

Les enfants en bas âge et les bébés ne s’en rendent souvent pas compte, en particulier lorsque le père continue à les voir régulièrement. C’est plus compliqué pour les enfants qui ont entre trois et six ans, parce qu’ils ont du mal à comprendre, parce qu’on ne peut pas encore vraiment en parler avec eux, leur expliquer ce qui s’est passé. Ces enfants risquent de développer d’immenses peurs. Lorsqu’ils sont en âge d’aller à l’école, les enfants sont conscients de ce qui se passe et se posent des questions sur ce qui va changer dans leur existence. Entre sept et douze ans, ils éprouvent souvent des peurs liées à la séparation et peuvent présenter des troubles anxieux ou psychosomatiques tels que l’insomnie ou l’incontinence. Il n’est pas rare qu’ils se renferment sur eux-mêmes ou développent des comportements agressifs. À l’adolescence, les enfants comprennent mieux la situation et on peut donc mieux en parler avec eux. Souvent, ils ont déjà assisté à des disputes ou à des conflits entre les parents et ils connaissent probablement d’autres jeunes dans leur cercle d’amis dont les parents sont séparés. Ils y sont donc un peu préparés.

Filiatio: Combien de temps les enfants mettent- ils en général pour s’adapter à la nouvelle situation ?

La première année est particulièrement difficile. Au cours de la deuxième année, les enfants développent certaines stratégies pour s’adapter à la situation.

Filiatio: Comment annoncer la séparation aux enfants ?

Il est important que les parents cherchent le dialogue ensemble, qu’ils expliquent à l’enfant ce qui les a conduits à se séparer, qu’ils n’arrivent plus à bien s’entendre, mais qu’ils restent ses parents. Il faut lui expliquer ce qui changera et ce qui ne changera pas. Les enfants ont une imagination sans bornes et ils risquent donc de s’attendre à des changements bien plus dramatiques que ce qui va se passer en réalité. On peut donc expliquer à l’enfant que c’est son papa qui ira le chercher à l’école à la fin de la journée ou bien un vendredi sur deux, lui expliquer en détails à quoi ressemblera son quotidien de manière à ce qu’il ait un cadre et puisse ainsi mieux s’adapter et développer moins d’angoisses. C’est plus facile pour l’enfant si son environnement change peu, s’il peut continuer à vivre dans le même lieu et à fréquenter le même jardin d’enfants ou la même école.

Filiatio: Dans 95 % des cas, les enfants vivent chez la mère après la séparation. Quel mode d’hébergement vous semble le plus adapté au bien-être de l’enfant ?

Cela dépend de la manière dont les parents organisent leur quotidien. L’hébergement égalitaire ne fonctionne que lorsque les parents vivent dans des situations semblables. Si par exemple leurs logements sont éloignés et que l’enfant a besoin de deux à trois fois plus de temps que d’habitude pour aller à l’école le matin quand il est chez l’un des deux parents, cette contrainte représente pour lui une charge supplémentaire. Il est naturellement recommandé que les parents passent chacun autant de temps avec l’enfant mais c’est souvent impossible sur un plan économique. Il est rare que les deux parents puissent tous les deux se permettre de travailler à temps partiel par exemple. Cela peut également être difficile pour les parents qui optent pour l’hébergement égalitaire parce que ce type d’hébergement suppose d’être plus en contact avec son ex-partenaire. Tout le monde n’est pas en mesure de surmonter cette situation.

Filiatio: Comment éviter que l’enfant se retrouve face à un conflit de loyauté ?

Le plus important, c’est de ne pas poser de questions à l’enfant lorsqu’il revient de chez l’autre parent mais d’attendre de voir s’il a envie de raconter quelque chose et quoi. Il est également important que les parents se mettent d’accord à l’avance sur certains points au lieu de laisser l’enfant prendre des décisions qui le dépassent. Par exemple en lui demandant avec qui il veut passer la veillée de Noël ou les vacances de Pâques, car si l’enfant choisit l’un des parents, il rejette l’autre en même temps. Ce genre de décision est au-dessus de ses forces.

(1) www.psychotherapie-kutz.de

Lire la suite du dossier: Quid de la garde des enfants après séparation en Allemagne ?

Dossier réalisé par Annabelle Georgen
Illustrations : Râ

Article paru dans Filiatio #21 – novembre/décembre 2015, abonnez-vous ou téléchargez gratuitement ce numéro.

Je commente (0) Commenter | Je partagePartager sur facebook | Je tweeteTweeter cet article

Laisser un commentaire

* Ces champs sont obligatoires
** Vous pouvez utiliser certaines balises html