Home » Actualités » La tête au Ciel

La tête au Ciel

filiatio_10-067Régine Detambel

Éditions Thierry Magnier

Pour les ados

Les parents de Lola ont divorcé lorsqu’elle avait cinq ans. Elle a suivi sa mère au Canada et son père, Philippe, est resté en France, « effroyablement seul ». La douleur de la séparation de sa fille est évoquée par l’auteure avec une infinie délicatesse, absolument bouleversante. « Il pensait à Lola, à Lola qui grandissait sans lui. Il ne recevait d’elle ni photographies ni lettres. Un jour, il pensa : elle doit être au collège maintenant. La douleur était devenue beaucoup moins forte. Lola avait disparu de sa vie depuis trop longtemps. Philippe était en train d’oublier sa fille. » Le premier hiver après le départ de Lola, la maison de Philippe se fissure, s’ouvre à tous les vents, la neige s’engouffre entre les tuiles jusque dans le grenier. « Un soir, il s’aperçut qu’il avait oublié de payer l’électricité, car il n’y avait plus ni lumière ni chauffage dans cette maison vide. » Des pigeons blottis sous le toit, les coeur battant à toute vitesse sous leurs ailes douces, ramènent Philippe à la vie… Dans le court, poétique, tendre roman La Tête au Ciel, Régine Detambel raconte les retrouvailles de Lola et Philippe. Le temps d’un été, leurs vies se raccordent. Des éléments nouveaux s’ajoutent à la partition, variations délicates autour de l’amour et de la liberté. « Le lien qui nous unit, toi et moi », dit Philippe à Lola, « doit rester aussi léger que le sillage d’un papillon. Ça ne veut pas dire que le lien n’est pas fort. Cela veut dire qu’il n’est pas pesant. On s’aime mais on n’a pas besoin de le manifester de la même manière que les autres. »

Sabine Panet

Article paru dans Filiatio #10 – mai / juin 2013, abonnez-vous ou téléchargez gratuitement ce numéro.

 

Je commente (0) Commenter | Je partagePartager sur facebook | Je tweeteTweeter cet article

Laisser un commentaire

* Ces champs sont obligatoires
** Vous pouvez utiliser certaines balises html