Home » Actualités » Le sac de farine : une leçon de liberté

Le sac de farine : une leçon de liberté

Filiatio_8-053

Abandon, déracinement, rapt parental, double culture et quête d’identité sont au programme du premier long métrage de Kadija Leclere. Également directrice de casting (Les barons, La femme de Gilles, Eldorado, La môme, Mister Nobody…) et comédienne, la Bruxelloise signe un film poignant, entre la Belgique et le Maroc.

Sarah a huit ans lorsque son père, qu’elle n’a jamais vu, débarque sans crier gare à l’orphelinat. Il est question d’un week-end à Paris. L’enfant se réveille au « bled », loin des livres qu’elle aime et de son petit monde de Belgique. Confiée à sa famille paternelle, l’école de tricot pour toute instruction, Sarah prend conscience que tout ce qui lui semblait « normal » ne l’est pas dans ce coin reculé de l’Atlas. À 17 ans, elle n’a pas oublié la Belgique et son besoin de liberté est plus fort que tout… Kadija, l’histoire de Sarah, c’est ton histoire ? « Oui et non. Disons que le film est largement inspiré de mon histoire. Pour les besoins du film, certains aménagements ont été nécessaires. » Comment t’es-tu construite après avoir connu l’abandon, le rapt parental et la coupure des liens familiaux ?« J’ai trouvé ce que j’appelle des parents-relais. Mes familles d’accueil et mes familles théâtrales : la compagnie du Nouveau disparu et Les Baladins du miroir m’ont adoptée au point de devenir ma vraie famille, au sens habituel du terme. Je suis bien consciente de la chance que j’ai. Je remercie la vie chaque jour. Je sais lire, écrire et je travaille. J’exerce un métier privilégié et j’en ai bien conscience. Je suis mère aussi.»

Kadija n’aime pas les étiquettes. Pour elle, la priorité est au rapprochement des cultures, des religions. Au-delà du jugement, Kadija est en paix avec le Maroc et préfère valoriser les progrès : « Le code de la famille a évolué et aujourd’hui, une femme divorcée n’est plus séparée de ses enfants comme c’était encore le cas sous Hassan II. À l’époque, les enfants étaient confiés à la famille paternelle. Les choses bougent. C’est très important de le dire même s’il faut aller plus loin. » Déjà primé dans plusieurs festivals, Le sac de farine sort en salles le 16 janvier prochain.

Le Sac de farine

(2012, 92’, Belgique / Maroc / France)

Réalisation : Kadija Leclere Scénario : Kadija Leclere et Pierre Olivier Mornas

Avec : Hafsia Herzi, Hiam Habbas, Mehdi Dehbi, Rania Mellouli, Smaïn, Fairouze…

Céline Lefèvre

Article paru dans Filiatio #8 – janvier 2013, abonnez-vous ou téléchargez gratuitement ce numéro.

Je commente (0) Commenter | Je partagePartager sur facebook | Je tweeteTweeter cet article

Laisser un commentaire

* Ces champs sont obligatoires
** Vous pouvez utiliser certaines balises html