Home » Actualités » Lequel du « chassé » ou du revenu reviendra au galop ?

Lequel du « chassé » ou du revenu reviendra au galop ?

Envisagé par d’aucuns comme un revenu garanti et par d’autres comme un salaire à vie, voilà un projet sociétal qui confronte des logiques économiques, des valeurs et des lucidités quelquefois radicalement opposées. Terrain de fantasmes qui ranime des espoirs (la réduction des inégalités sociales) et avive des hantises (une hausse de la TVA qui laisserait ses partisans à court d’arguments), sa mise en oeuvre pourrait en outre avoir des conséquences sur l’inégalité entre les femmes et les hommes. De fait, comme le signale Mona Chollet (Le Monde Diplomatique, mai 2013), à une nouvelle configuration sociale devront s’adjoindre de nouveaux modes de socialisation. Sans quoi, on risque d’assister à un repli sur soi de certaines franges de la société. Sans aller jusqu’à imaginer un scénario catastrophe à tout petit budget, privé d’invasions de Martiens venus d’Hollywood, dans lequel les femmes seraient marquées au fer rouge par leur moindre salaire, elles risqueraient néanmoins de voir balayés leurs frêles acquis sociaux et de se retrouver cantonnées au foyer. Les hommes, mieux payés et ayant des emplois plus reconnus socialement, recouvreraient leur rôle légendaire de pourvoyeur ! Au-delà de cette vision tragiquement drolatique, dans le cas où se réaliserait ce qui pour beaucoup semble une utopie, tous les liens d’interdépendances économiques seront à repenser. Y compris les liens connotés affectivement tels que les rapports familiaux, non seulement entre les femmes et les hommes mais aussi entre les parents et les enfants. Cela étant dit, quelle que soit l’issue de ce projet et le temps que requerra son éventuelle concrétisation, il est revigorant de vivre à une époque où sont à l’oeuvre des forces transformatrices assez audacieuses pour titiller les représentations sur lesquelles reposent nos sociétés. Et ce en dépit d’une « crise » que nous sommes tenus de nous coltiner comme l’écolier se coltine son cartable, et qui prône davantage la crispation que l’innovation.

David Besschops

Article paru dans Filiatio n°11 – septembre / octobre 2013, abonnez-vous ou téléchargez gratuitement ce numéro.

Je commente (0) Commenter | Je partagePartager sur facebook | Je tweeteTweeter cet article

Laisser un commentaire

* Ces champs sont obligatoires
** Vous pouvez utiliser certaines balises html