Home » Actualités » « Nous nous définissons comme une tribu »

« Nous nous définissons comme une tribu »

Adrienne, 38 ans, cofondatrice de l’ASBL Homoparentalités, est la co-maman de deux enfants qui sont élevés par quatre couples gays et lesbiens.

«Lorsque j’étais en couple avec mon excompagne, nous avions le souhait d’avoir un enfant et nous avons réfléchi pendant un an et demi à quelle serait la moins pire des solutions pour avoir un enfant et l’élever. On s’est dit qu’on avait envie d’un papa pour notre enfant, et on a fait appel à un couple d’amis gays à qui on a demandé de prendre le temps de la réflexion. On voulait que le projet d’enfant soit leur projet de couple à eux aussi. On a réfléchi à nous quatre pendant un an et demi de nouveau et puis Eliot est né en 2002. C’est mon ex-compagne qui l’a porté. Cinq ans plus tard, j’ai eu notre fille avec un autre papa qui n’était pas en couple à ce moment-là mais qui l’est maintenant. Il y a donc désormais deux couples de papas et deux couples de mamans puisque nous sommes séparées depuis 2011 et que nous avons chacune une nouvelle compagne. Nous nous définissons comme une tribu parce qu’on a huit adultes pour deux enfants.

Je pense que ce qui explique en partie pourquoi cela se passe si bien entre nous, c’est parce que nous nous connaissions avant de fonder notre famille. On a cette amitié à laquelle on tient et ce souhait de faire tout pour nos enfants soient bien. Les enfants sont une semaine sur deux chez moi et ma compagne et chez mon ex-compagne et sa compagne et chacun est chez son papa le mercredi, un week-end sur deux et durant la moitié des vacances. Cette organisation faisait partie des négociations et des questions qu’on s’étaient posées avant même de faire l’enfant. On a essayé de parer au plus loin dans les questionnements, de réfléchir à ce qui allait se présenter. Au départ, quand nous n’étions que quatre adultes, on est parti du principe qu’il fallait la majorité pour qu’une décision soit prise. Un exemple concret : on a décidé de ne pas faire baptiser notre fils parce qu’on était trois à ne pas en ressentir le besoin ou à ne pas le vouloir.

Depuis le début du projet, on a décidé qu’on se verrait chaque mercredi soir parce que cela correspondait à un moment de retour d’Eliot chez les mamans après avoir passé l’après-midi avec ses papas. On en a fait une espèce de rituel. D’abord ça a été un apéro, puis c’est devenu un repas. Au départ c’était toujours chez les papas, mais maintenant on organise ça de manière tournante dans chaque maison. Généralement, la personne qui reçoit définit un ordre du jour en fonction de l’actualité, de la scolarité, des activités extrascolaires… Tout tourne généralement autour de l’éducation des enfants, comment ça se passe en termes de résultats, quels sont les petits points auxquels il faut faire attention et à transmettre de foyer en foyer. On met à niveau toutes les infos qu’on a sur l’évolution de ce qui se passe pour les enfants, afin que tout le monde ait la même information au même moment. Après on est une bande de bons rigolards, on adore s’amuser et c’est franchement convivial et bonne franquette. Sans ce moment je pense qu’on passerait à côté de choses totalement essentielles pour maintenir la cohérence et le bon fonctionnement de notre tribu. Ça nous arrive aussi de partir ensemble en vacances, c’est ce qu’on a fait pas plus tard que les dernières vacances d’automne qu’on a passées chez un ami qui a une grande maison. On a aussi fêté la nouvelle année tous ensemble à la mer. On essaie de privilégier ces moments parce qu’on voit bien que les enfants adorent quand on est tous ensemble. »

Un lieu-ressource : l’ASBL Homoparentalités

Fondée en 2007, cette association qui a ses locaux à la Maison Arcen- Ciel de Bruxelles s’est donnée pour mission d’offrir un soutien aux futurs parents et aux familles arc-en-ciel dans leurs démarches et de créer un réseau de partage d’expériences et d’entraide au travers d’activités conviviales (pique-niques, sorties familiales, fêtes…). Elle va prochainement lancer des « tables homoparentales » lors desquelles des experts seront invités à s’exprimer sur des sujets en lien avec l’homoparentalité.

Plus d’infos sur : http ://homoparentalite.be

Dossier préparé par Annabelle Georgen

Retour au dossier: Grandir sous un arc-en-ciel

Article paru dans Filiatio #24 – mai/juin 2016, abonnez-vous ou téléchargez gratuitement ce numéro.

Je commente (0) Commenter | Je partagePartager sur facebook | Je tweeteTweeter cet article

Laisser un commentaire

* Ces champs sont obligatoires
** Vous pouvez utiliser certaines balises html