Home » Actualités » Peut-on détester les enfants ?

Peut-on détester les enfants ?

filiatio17-028

Bien évidemment non. Mais qui n’a jamais entendu prononcer la phrase « je ne supporte pas les enfants » dans son entourage ? Quel voyageur n’a jamais senti sa mâchoire se crisper de colère face aux pleurs incessants d’un nourrisson résonnant dans tout le compartiment ? Et quel parent épuisé n’a jamais été traversé par un bref et inavouable sentiment de haine en voyant son enfant renverser pour la énième fois le contenu de son assiette avec un air de défi ? Hautement taboue, la haine envers l’enfant est pourtant profondément enracinée dans notre société et notre quotidien, qu’elle s’exprime à travers le rejet, le déni, ou la maltraitance.

Textes : Annabelle Georgen
Illustrations : Maya Reix

Cliquez sur les articles pour continuer la lecture


 

filiatio17-032Nos amis les enfants ne sont pas admis

Au nom de la tranquillité ou du romantisme, certains établissements de loisirs bannissent les enfants. Cette niche commerciale en plein essor attire une clientèle de plus en plus décomplexée, confortée dans son rejet des enfants par des slogans vantant les charmes des vacances sans pleurs et cris stridents.

xxxxxxxxxxxxxxxxxx


filiatio17-035Ma mère m’a aimée d’une façon totalement destructrice

L’actrice et réalisatrice française Eva Ionesco a dû se prêter durant son enfance aux séances de pose imposées par sa mère, la photographe Irina Ionesco, devenant malgré elle une icône érotique dès ses quatre ans.

Eva Ionesco n’a jamais eu le droit d’être une enfant. « Ma mère n’a jamais voulu être une mère pour moi. Et elle ne m’a jamais considérée comme une enfant mais comme l’image qu’elle se faisait d’une enfant »

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx


Ce sont nos parents qu’on hait, pas nos enfants

Disciple de la psychanalyste suisse Alice Miller, qui a été l’une des toutes premières voix à s’élever contre la violence éducative, la psychothérapeute française Brigitte Oriol répond à nos questions sur la haine quand elle s’immisce dans l’intimité de la relation parents-enfants et nous livre les clefs d’une parentalité positive.


 filiatio17-037Vive les loups, les ogres et les sorcières

Les contes traditionnels et les grands classiques de la littérature enfantine placent souvent leurs jeunes héros dans des situations particulièrement douloureuses. Sous leur sadisme apparent, ces récits aident les enfants à grandir. Trois questions à Marie-Hélène Routisseau, spécialiste de la littérature de jeunesse.

Dossier paru dans Filiatio #17 – janvier/février 2015, abonnez-vous ou téléchargez gratuitement ce numéro.

Je commente (0) Commenter | Je partagePartager sur facebook | Je tweeteTweeter cet article

Laisser un commentaire

* Ces champs sont obligatoires
** Vous pouvez utiliser certaines balises html